À la recherche de l’aplomb
ou l’harmonie de la verticalité

Notre corps est fait des courbes. Leur enchaînement harmonieux maintient notre verticalité
et soutient notre élan vers l’auto-grandissement. Si nous observons ces courbes,
nous pouvons voir à quel point notre structure est dynamique. Autrement dit,
notre corps est incroyablement vibrant à l’image de la corde d’un instrument de musique.

Corps et sa musique

L’aplomb, voilà un mot bien étrange. Commençons par sa définition. APLOMB, subst. masc. – Direction perpendiculaire au plan de l’horizon, telle que l’indique le fil à plomb. Aplomb se dit aussi adverbialement, pour dire dans une direction verticale & perpendiculaire à l’horizon.

Techniquement parlant, retrouver l’aplomb c’est aligner les structures osseuses (bassin, cage thoracique, crâne), les articulations (cheville, genoux, hanche) de notre corps afin de préserver ses courbures naturelles. Si je transpose cette explication en termes de musique : notre corps est comme une corde, une potentialité d’une mélodie qui nous est donnée, les courbures représentent les notes harmoniques, une incarnation de la vibration.

Pour illustrer ce propos je vous invite à regarder l’illustration suivante qui met en parallèle le mouvement d’une corde en vibration avec le squelette humain.

Img.1
À gauche : Les courbes et les contre courbes du corps humains sont faciles à observer : le tibia – courbe convexe ; le fémur – courbe concave ; le sacrum (+le coccyx) – courbe convexe ; les lombaires – courbe concave ; les dorsales – courbe convexe ; les cervicales – courbe concave.
À droite : En violet, corde au repos, en orange, amplitude de la corde en mouvement. Harmonique 1 ou Fondamentale, corde entière en vibration, Harmonique 2 – moitié de la corde, Harmonique 3 – tiers de la corde etc…

Si le corps reste sans mouvement, il risque de perdre les alignements harmonieux. Comme une corde de guitare, tendue et immobile a besoin de se mettre à vibrer, à onduler pour produire du son, notre corps peut retrouver l’harmonie à travers le mouvement qui est à l’origine de la vie. Avec cette approche la recherche de l’aplomb au quotidien et dans la pratique posturale devient un processus créatif, un rituel de connexion à la source, à l’origine vibratoire.

Morphologie dynamique

L’aplomb nous invite à considérer le corps dans sa globalité comme une entité vivante qui suit les lois originelles. Ainsi, nous retrouvons, par exemple, une série de courbes inversées dans le processus de développement de l’embryon. La forme humaine provient de ce mouvement qui rappelle aussi un tourbillon. La morphologie dynamique du développement embryonnaire nous dessine des courbes qui créent de l’espace entre les points de consonance. Comme en musique, lorsque les notes sont trop proches le son est dissonant, il faut, donc, de l’espace pour créer de l’harmonie. Le mouvement est un allié idéal pour créer l’espace harmonisant.

2. Img. – Cette illustration a été empruntée chez Dr. Jaap van der Whal, embryologue et spécialiste des fascias. Dans son livre sur la morphologie dynamique et le développement de la forme humaine, ce dessin est accompagné par une citation de Rudolf Steiner : « La forme humaine est une forme qui provient du mouvement ».

Comme nous l’avons déjà vu plus haut, sur le squelette d’un adulte nous allons retrouver cette dynamique. Dans la recherche de l’aplomb, il est intéressant de se représenter schématiquement la structure osseuse pour comprendre quel travail quotidien nous devons faire pour soutenir et préserver l’harmonie de notre verticalité.

Retrouver de l’harmonie. Par quoi commencer ?  

La posture de l’aplomb nous recentre, nous mets les pieds sur terre et la tête sur les épaules. Bernadette Gastineau

Souvent nous ne sommes pas assez posés sur nos pieds, physiologiquement parlant et aussi symboliquement. Le manque d’ancrage se manifeste par la mauvaise posture et, parfois, se reflète dans l’instabilité émotionnelle. L’aplomb, l’axe, la stabilité commencent par les pieds. Observer où nous amenons le poids de notre corps et apprendre à le distribuer sur tout le pied est déjà un bon premier exercice.

Nous pouvons également commencer par le massage avec une balle de tennis ou bien masser les pieds avec les mains. Retrouver les sensations dans les pieds grâce au toucher, s’avère être un exercice particulièrement efficace. Expérimentez les pieds en position parallèle et en canard. Vous allez peut-être ressentir que les pieds parallèles placent bien le bassin et amènent les cuisses en légère rotation interne.

Les hanches souples et les jambes fortes portent bien notre bassin. Les épaules s’ouvrent et se détendent si on met le cou en léger recul sans tension dans la gorge. Cette position du cou, à son tour va permettre au sternum de rester haut pour garder la cage thoracique ouverte et le ventre étiré pour alléger le petit bassin. Tout comme l’instrument qui a besoin d’être accordé, votre posture va agir sur votre harmonie physique et aussi psychique.

 3. Img. – Posture correcte avec les différentes déformations.

Vous pouvez commencer à observer votre posture dans les gestes du quotidien. Ressentir est toujours une première étape dans le processus de l’exploration de l’aplomb de notre corps. Le Yoga nous propose, alors, de nombreux exercices et techniques respiratoires qui permettent de nous relier à une des parties de notre corps pour être pleinement entier au niveau physique et à des niveaux plus subtils.

 4. Vidéo – Salutation au Soleil. La pratique et les bienfaits.

Les courbes et l’équilibre

Quand chaque articulation est à sa place, tous nos muscles peuvent remplir leur fonction, ils n’ont pas besoin de compenser, de se contracter pour nous assurer un équilibre. L’aplomb nous offre de la légèreté, on se sent comme porté, étiré vers le ciel, la pesanteur devient un allié pour notre élan. Dans ce sens, construire cette verticalité sans contrainte c’est être continuellement dans le moment présent. De quoi méditer en attendant le prochain article.

Bibliographie & lectures

  1. Bernadette Gastineau, Yoga et périnée, éd. Quintessence, 2012.
  2. Dr Jaap van der Wal, L’Homme embryon entre Ciel et Terre, éd. Sully, 2015.
  3. André Ratio, Utopies. Du périnée au cerveau, par le souffle et la main, 2018.
  4. Jeno Barcsay, Anatomie artistique, éd. Berger-Levrault, 1955.
  5. Dominique Martin, Comment entretenir et protéger son « patrimoine » physique. Guide de la Pratique Posturale Ostéo-Articulaire et Musculaire, éd. SolAir, 2016

——————

Auteurs : Larissa ROY – professeur de Yoga & Bain Sonore à Paris, passionnée par la magie des sons, créatrice du site www.soundyoga.fr